Billet s'il vous plaît !

Un texte sera publié dans cette rubrique. Il sera automatiquement remplacé par un autre. Il pourra s'agir d'un texte nouveau comme d'un texte archivé. Je ferai en sorte qu'il reste suffisamment longtemps pour que vous puissiez en prendre connaissance.

trait blanc

UN SALON PEUT EN CACHER UN AUTRE.


Il y a deux ans voici ce que déjà j'écrivais :
« Quand il s'agit d'une expo de trains miniatures nous n'avons que des "spécialistes", des ferrovipathes voire des "compteurs de rivets". Mais justement non ! J'ai pu encore le vérifier dernièrement lors de ce très beau salon de Laval auquel j'ai participé. Les organisateurs ont recensé un millier d'enfants de moins de 12 ans et les familles étaient là, au rendez-vous : 5000 entrées. J'en viens donc à m'interroger : le public, le "grand public" ne va-t-il pas finir par se lasser de passer d'un réseau à un autre où chacun rivalise par son décor criant de vérité, par ses mouvements de trains, par l'authenticité des sites reproduits (…) Pour remédier à cela : l'originalité. Celle du réseau, de son environnement, de sa finition, de tout l'ensemble. Faire la différence, provoquer la différence ! (…) Cette année, sur le salon de Saint-Avertin (Tours), j'ai eu l'agréable surprise d'être élu par le public alors que 2 des 24 réseaux représentés avaient eu les honneurs de Loco-Revue quelques semaines auparavant. Ceux-ci semblaient être l'archétype du réseau ferroviaire. Faut-il en déduire que les critères d'appréciation diffèrent de ceux des visiteurs ? (…) Un mot d'ordre devrait imprégner nos salons : plaire au public et surtout le divertir de crainte qu'il ne fréquente plus nos expos dans les décennies à venir. Soyons-en conscients ; il ne faut pas "faire du train" que pour le train au risque de fermer notre passion au plus grand nombre »

Eh bien cette année encore et plus que jamais je maintiens ce raisonnement suite au très réussi salon de Villepreux (Ile de France) qui célébrait les 60 ans de l'AMFI (Amicale des Modélistes Ferroviaires Indépendants). Plus d'une vingtaine de réseaux aux côtés de nombreux professionnels et revendeurs se partageaient quatre salles de sports. Nous y avons vu sur les deux jours plus de 1500 personnes avec en plus une quantité incroyable d'enfants de moins de 12 ans. Ce qui engendra très souvent des frustrations dans le genre « il ne faut pas toucher » ! Les parents, comme leurs enfants, venus pour découvrir notre curieuse passion et parallèlement se divertir, se retrouvent face aux interdictions bien comprises pour beaucoup d’entre-eux : « on regarde avec les yeux ». Allez-donc faire comprendre cela à des gamins de 7 ans. Nous avons beau les faire grimper sur des petits bancs, leur faire choisir le train qu’ils voudraient voir circuler, rien ne remplacera le contact direct du jouet alors que nous avons décrété qu’il était destiné aux adultes. Certains réseaux se risquent à laisser les commandes aux enfants, il faut, bien sûr, qu’il soit conçu dans cette direction. Et il y en avait un, particulièrement sur ce salon, placé face à moi. J’ai donc pu observer le comportement des uns et des autres. C’était un réseau en briques LEGO auquel était adjoint un atelier-dirigé pour apprendre à assembler ces fameuses « pièces plastiques danoises ». Une vraie fourmilière ! Je soupçonne même certains parents d’avoir laissé leurs rejetons sous la surveillance bienveillante du modéliste comme on le fait pour une halte-garderie. Ce stand, et j’en suis maintenant convaincu, avait toute sa place parmi nous. Le public ne s’y est pas trompé puisqu’il lui a décerné le premier prix, dimanche soir, au bout de deux jours de vote !
Quelle surprise pour nous tous, modélistes aguerris, quel camouflet ont dû penser certains. Nos réseaux 100% trains, à la décoration fouillée, à la technicité recherchée se sont effacés derrière « ces amuseurs de salon ». Un salon peut donc bien en cacher un autre : ne l’oublions pas. Évitons les expositions élitistes où le public n’a pas sa place, où il cherche ses repères. Si on veut que la jeunesse prenne la relève il faut d’abord apprendre aux petits à aimer le train, sous toutes ses formes. Même si ça nous agace un peu…La preuve a été faite ce week-end. Quelle leçon pour nous tous, organisateurs et exposants.

Juste une dernière chose : les visiteurs, toujours très amusés par l’humour et l’atmosphère que dégage mon réseau, nous ont attribué le deuxième prix. Pour ceux qui connaissent bien Trinville, voilà encore un enseignement à ne pas négliger : le train, rien que le train ne fait peut-être pas frémir la narine du simple badaud…Je crois l’avoir compris depuis longtemps.